Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


La nouveauté dans tout cela, c’est que nous n’avons aucune expertise à faire valoir. Avec toutes ces convulsions survenant en même temps, nous sommes comme démunis. Nous pouvons peut-être y répondre morceau par morceau, bout par bout, partie par partie : économiser le CO2 ici, doter les banques d’un code éthique, taxer les transactions spéculatives, ouvrir le chômage technique aux cadres, que sais-je, …
Mais comment ne pas avoir le sentiment que l’on reconstruit là une Ligne Maginot et l’impression que nous adaptons des réponses d’hier à des questions de demain ? Toutes ces discussions sur les leçons à tirer de cette catastrophe japonaise, par exemple, laissent à penser qu’il s’agit d’aménager un cadre plutôt que de changer le tableau.
Il faut injecter de l’intelligence, disait hier Patrick Lagadec, dans cette nouvelle crise qui ne nous tiendra pas éloignés d’elle. Anticiper plutôt que réagir, partager tout y compris les incertitudes, inventer en marchant, mailler toutes les compétences, tisser du social : il disait cela hier et comment dire que cela nous fit comme l’impression d’une promesse d’une nouvelle alliance, remettant chacun à sa place mais ensemble.
Mais en fait, que disait-il d’autre que devant ces expériences qui nous manquent et que nous ne pouvons donc pas transmettre, il nous faut d’urgence construire la mémoire de demain ? Et ça, pour revenir à ce que nous disions hier, ça aussi ça dépend de nous. Et c’est passionnant. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.