Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Aussi bien, fallait-il célébrer ou non le cinquantième anniversaire de sa mort ? C’était la question qui agitait le monde culturel ces derniers temps. Finalement non, a dit le ministre Mitterrand qui veille sur ce calendrier des célébrations nationales.
On aurait plutôt dû commémorer, ont dit des autres. La différence entre une célébration et une commémoration, chacun la voit, elle est ténue : il est toujours question d’hommage de toute façon, mais une commémoration sollicite la mémoire et la mémoire peut-être critique. Une célébration, elle, tient comme une statue : toute rigide sur son socle.
Et donc exit Céline et ses 50 ans passés à être mort. Et Céline aussi bouté hors de l’identité nationale, si l’on comprend bien. C’est décidément très compliqué à savoir, ce que c’est qu’une identité nationale…
Mais, avec tout ça, je pense que l’on commence à comprendre. L’identité nationale est une hypocrisie qui consiste à libérer et à décomplexer en privé une pensée qui a pour fonction de stigmatiser, blesser et disqualifier ce qui n’est pas soi tout en en condamnant fermement la diffusion publique.
Et hélas, sur cette identité nationale, il n’y a pas d’exception française. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.