Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Et c’est là que l’on dit : et l’Irak ? Si l’on se souvient bien, une coalition quasi mondiale s’était donné pour mission, il n’y a pas si longtemps, de jeter à bas un dictateur et d’instaurer la démocratie dans ce pays pétrolifère. En foi de quoi, nous y avons eu, on va dire, une transition difficile et l’irruption d’un terrorisme politico-religieux qui y était inexistant. En foi de quoi, nous avons toujours là-bas une guerre larvée, les troupes sont toujours présentes, il y a des morts tous les jours. En foi de quoi, on ne comprend pas totalement les craintes des intellectuels. Voudraient-ils dire qu’en matière d’instauration d’Etat de droit, nous serions plus fiables avec nos armées que les rues arabes avec leurs pavés ?
Et c’est comme ça qu’on ne parle plus de l’Irak, l’Irak est sorti de notre champ de vision, nous ne voulons plus le voir et pas le mêler à cette agitation de démocratie basiste. Pourtant ce week-end encore, des manifestations contre la corruption et la vie chère ont aussi eu lieu, côté Kurdistan. Elles ont fait plusieurs morts.
Pour la même raison sans doute, on ne parla ces derniers temps du colonel Kadhafi qu’avec cette sorte de commisération - sa tente, ses chameaux et ses amazones - que nous réservons ici à Berlusconi. La Région wallonne lui a livré des armes évidemment destinées à un usage civil exclusif. Et l’Europe entière a planté ses tentes, a nourri ses chameaux et a souri à ces jeunes filles en vert. En échange, le colonel mettait en prison les gens qui voulaient, de ses côtes magnifiques, prendre la mer pour venir bouter le feu à nos centres 127 bis. Kadhafi aujourdhui menace d’ouvrir les mers et de jeter sur nos rives des armées d’immigrants. On se demande si ça sait utiliser une lance d’incendie, un intellectuel français ? Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.