Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 17 février 2011, Ah, il m’a bien eu, mon perroquet vert. Vous avez remarqué : pas plus d’aurore boréale que de beurre en branche. A moins, on ne sait jamais que, sortant de ce studio, on soit saisi par un ciel vert fluo.
L’Observatoire royal hésite beaucoup ces temps-ci, il est vrai. C’est pourquoi il ne parvient pas à prédire exactement si aurore il y aura ou pas, à quelle heure elle viendra, et si la Borée concernera le nord du pays, ce ne serait que logique, ou bien son centre ou bien son sud, si ce sera une aurore fédérale ou si, comme ce matin à la radio — je sais, j’écoute trop la radio — elle sera un peu rattachiste et illuminera les Ardennes, la Lorraine ou le val de Seine.
Tiens, à ce propos, nous entendîmes ce matin donc Jules Gheude qui pour se préparer au rattachement à l’Hexagone — aïe, on craint pour sa géométrie, à l’hexagone, avec en plus la Wallonie — dit déjà soixante-dix, mais qui par une curieuse rémanence marollienne dit aussi, comme Mademoiselle Beulemans, qu’on n’en a pas parlé "suffisamment assez".
Comme quoi, on a beau faire, on a tous quelque chose de Zinneke. Je dis ça, je n’ironise pas sur les langues qui fourchent, je parle de langue justement et je remarque simplement qu’il y a quelque chose que Jules César lui-même n’avait pas aperçu, c’est qu’on naît belge ou bien qu’on le devient mais qu’enfin, c’est sûr, on le reste. (...)