Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 16 février 2011,
Et donc mon perroquet vert fluo sur son pavé me disait ce matin : "Tu l’aurais cru, toi (nous nous tutoyons désormais, l’oiseau et moi) que nous aurions une aurore boréale au moment même où le calendrier postélectoral nous amènerait pile poil à franchir le cap de la plus longue crise gouvernementale du monde connu ? Et tu sais comment c’est une aurore boréale ? C’est vert". Vert fluo même si ça se trouve.
Haruki, il veut bien que je l’appelle Haruki, a l’air de me prendre pour une bille. Je sais fort bien que les aurores boréales sont affaire de particules. Et de champs magnétiques. Et que si nous en vivons une, d’aurore boréale, c’est parce que notre immunité est trop basse. Et que le soleil transperce nos défenses. Je sais tout ça. Enfin, je crois. Mais, Haruki se moque bien de mes explications. Il me dit : n’es-tu pas simplement étonné de vivre aujourd’hui ce que tu ne connaissais pas hier ? Regarde bien. Hier, tu as vécu une journée d’enfer dans des embouteillages, j’ai tout vu, c’était magnifique —nous les oiseaux nous inversons le regard, nous voyons tout de haut tandis que vous, vous devrez lever la tête cette nuit pour apercevoir quelque chose, nous avons deux pattes aussi et nous nous tenons debout, mais c’est le sens des choses qui nous sépare. (...)