Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


L’instabilité et la fluidité nous emportent". Instabilité, fluidité : on n’est pas bien loin de la pensée liquide du sociologue Zygmunt Bauman dont je vous ai déjà parlé. Il veut dire que tout se liquéfie sous nos yeux, institutions, culture, économie, rapports sociaux. Que la stabilité que nous avions cru connaître est terminée. Que tout est temporaire. Que tout coule entre nos doigts. Que tout devient liquide. Et donc, on liquide !
L’idée d’un monde en liquidation comme une entreprise, en période de soldes permanentes comme un magasin, va assez bien, ne trouvez-vous pas, avec ces changements que nous traversons… Nous n’avons rien dans les mains. Ça coule. Et plutôt qu’un informateur, c’est d’un liquidateur dont nous aurions besoin, au moins les choses seraient-elles plus justement nommées.
Les chauves-souris américaines allaient bien jusqu’ici. Mais depuis quelques années, une sorte de champignon leur donne le nez blanc. Dans certains Etats, 90% d’entre elles sont mortes d’une sorte de déshydratation, c’est de l’eau qui s’en va, c’est ça le nez blanc. C’est ennuyeux parce que les chauves-souris sont des insecticides vivants. Leur disparition va affecter les cultures et l’industrie alimentaire. Déjà que les abeilles aussi s’en vont. Pourtant, il y a fort à parier que la seule chose que nous soyons capables de faire, pour ces chauves-souris, c’est de spéculer un peu plus sur l’état des récoltes. Parce que nous croyons que le réel est là.
Demain, je promets, je m’arrête un peu dans la rue et j’en discute avec mon perroquet vert fluo, sur son pavé. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.