Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Oui, mais il regarde le spectacle, ne le dérangez pas. Vive donc Michelle Alliot-Marie et ses vacances étrangères !
Le patron de la Deutsche Bank, lui, se moque bien que les femmes dans le conseil de direction de la banque soient compétentes ou non ou qu'elles prennent leurs congés en Grèce, en Irlande ou bien au Portugal. Non, lui, il dit qu'augmenter la part des femmes dans la direction de la Banque la rendrait plus colorée et jolie. Il parle là de l'institution, bien entendu. Qui emploie nous apprend-on 44,3% de femmes mais seulement 16 % à des postes de direction. Ça a fait jaser aussi, cette sortie-là. On a expliqué que Josef Ackerman était un gentleman de la vieille école, je cite. Adepte de l'esthétique, probablement, amateur des beaux-arts, là aussi sans doute. Ah, dites donc, il a bonne mine l'axe franco-allemand dont l'un des pôles est une femme par ailleurs, rend-elle plus colorée la Chancellerie et plus jolie l'Europe, Josef n'en dit rien, mais enfin on voit bien que de l'un et l'autre côté du Rhin, on na pas la même version de la responsabilité des femmes
Chez nous, c'est plus simple. On en revient aux fondamentaux. La sénatrice sp.a A Marleen Temmerman a donc, tout le monde le sait, proposé la grève du sexe prenant modèle sur une méthode kényane : "Après un an de palabres, des mouvements de femmes ont demandé aux épouses des négociateurs de cesser les relations sexuelles jusqu'à la conclusion d'un accord. Une semaine plus tard, un accord était sur la table". Cest la version belge de cette histoire de compétences et de responsabilité des femmes. Et on connaît déjà la dernière blague à la mode, elle est française : "Vous savez pourquoi en Belgique les femmes des hommes politiques refusent de faire l'amour ? Parce que leurs maris piquent". Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.