Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 3 février 2011, Vigilance citoyenne, vigilance citoyenne... Les pages des journaux bruissaient aujourd'hui de l'exigence de la transparence. C'est Johan Vande Lanotte qui en est la cause, avec son rapport, sa note, 55 pages tout de même plus les annexes, d'une écriture serrée et technique à qui il ne fallut pas bien longtemps si on s'en souvient bien pour être retoquée.
Et donc voilà qu'après que des citoyens, notamment ceux de Shame, eurent mis en ligne une pétition "Dear Mister VD Lanotte, please publish your note", qu'un journal rapidement la publia sur son site et le moins que l'on puisse dire, à lire les commentaires, c'est que tout le monde n'y comprend pas la même chose.
C'est dire que la transparence n'éclaire pas toujours. Et n'intéresse pas non plus vraiment. Cette note rendue publique ne suscite pas vraiment de remous dans l'opinion. Bien entendu, elle est aujourd'hui forclose, mort-née, enterrée, et nous en savions déjà beaucoup en fait si nous avions lu les commentaires de ceux qui si l'on a bien compris ne l'avaient pas eue, cette note, puisqu'elle était réputée secrète... Que tout cela est compliqué...
Et donc, publiée hier, elle fut renvoyée dans les limbes par l'opinion à peu près aussi vite qu'elle fut expédiée par le CD&V et la N-VA en janvier dernier. Comme si, finalement, ce n'était pas de transparence que nous étions tellement désireux mais simplement d'attention et de respect. (...)