Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Un enfant tient à bout de bras une pancarte s'adressant à Moubarak : 'Allez quoi, dégage, j'ai super mal au bras''". On préfère cette pancarte à la cloche de Wall Street, elle nous donne plus d'enthousiasme. Car oui, pourquoi, lorsque nous voyons quelque chose que nous ne reconnaissons pas - pas un trader n'a connu de son vivant une révolution arabe - faut-il que nous appliquions de vieux réflexes et derrière ces vieux réflexes de vieilles recettes ?
Comme le disait le prince Mulay Hicham, cousin de Mohammed VI du Maroc, et qui ne voit pas comment son pays pourrait éviter aussi cette protestation, pour ne pas dire révolution : ce qui est frappant dans ces démonstrations populaires, c'est qu'elles n'offrent "aucun caractère religieux, anti-impérialiste ou anticolonialiste".
Cette nouvelle nouveauté, faut-il l'accompagner ou bien la sanctionner ? Le FMI, c'est une surprise, dit sans le dire qu'il accompagnera. Il ne dit pas : "dégage, j'ai mal au bras". Il dit qu'il est prêt à aider l'Egypte à reconstruire son économie. Ça ne mange pas de pain, mais au moins ça en tient compte.
On veut dire quoi, en disant ça ? On dit simplement que le changement de paradigme est aussi une révolution. Mentale. Elle supposerait, dans ce cas-ci, de troquer notamment l'image du musulman terroriste contre celle de l'Arabe démocrate. Ou en tout cas de se dire que les uns existent, certes, mais que les autres aussi. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.