Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2011
   


 
 

:


En ce jour du mardi 25 janvier 2011,
On parle beaucoup de nos oreilles ces temps-ci et de ce qu’elles encaissent. Et que l’on m’entende bien, Olivier, je ne parle pas uniquement de cette chronique que vous écoutez, que nenni non point.
Non, je fais allusion à ces messages que l’on entend ici et là dans le cadre de la semaine du son qui se déroule à Bruxelles pour l’instant et qui voudrait nous mettre en garde contre les excès sonores. Car le son rend sourd, ça c’est sûr. Et beaucoup plus vite qu’avant, en plus.
Peut-être parce que nous l’écoutons aujourd’hui, nous dit-on, dix mille fois plus fort qu’en 1970, on a du mal à imaginer. Et ce qui en serait cause, dit Daniel Léon, preneur de son et professeur à l’Insas, ce ne serait pas notre environnement sonore quotidien— les normes régionales ou fédérales y veillent, même pour les avions dont le bruit diminue— mais bien la culture. Ou plutôt, comme il dit : le divertissement.
En expliquant, sur ces antennes, que cette amplification sonore allait, par exemple, de pair avec la maximalisation des festivals. Qui sont de plus en plus chers à organiser et aussi sources de profits non négligeables. Si l’on veut rentabiliser, il faut accueillir plus de monde, donc on monte le son pour que ça s’entende loin. (...)