Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2011
   


 
 

:

En ce jour du lundi 24 janvier 2011, Nous sommes le jour K. Le jour K est celui qui suit le jour J. Et ça tombe parfaitement bien. Car est réputée kafkaïenne une situation absurde et dérisoire. Kafka était tchèque. Mais il aurait pu être belge. Et même il aurait dû. Il manque à notre panthéon, mais sans nul doute, il figure à notre patrimoine.
Et donc, nous voilà le jour K, 24 heures après cette manifestation Shame : 34 000 participants selon la police, bien plus selon ses organisateurs. Mais les médias reprennent pour une fois le chiffre des policiers, n'aurait-on pas confiance dans les calculs étudiants, nous qui sommes si sensibles à leur parole ? Et à leur message.
Un message qui, lit-on ici et là, a été, je cite, "reçu par les politiques". Ah bon, se dit-on. Et on continue à lire. Parce que l'on est en effet un peu surpris. Et, de fait, en foi de message, personne n'a reçu le même. Ici c'était une manifestation pour la scission de BHV, là un défilé francophone, là encore une récupération verte ou orange, chacun y a compris ce qu'il voulait et si vous voulez bien à partir d'aujourd'hui, ne dites plus "auberge espagnole", dites "manifestation belge". On y amène ce que l'on veut. Un peu de tout, donc.
Alors, de quoi sommes-nous enseignés au terme de ce défilé d'hier ? De rien. Sauf de la manifestation elle-même. Ces 34 000 personnes marchant du Nord au Cinquantenaire étaient donc, lit-on ici et là encore, la transposition d'une idée virtuelle dans le réel. Ce serait, dit-on, la grande nouveauté de ce rassemblement. (...)