Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Aussi bien la seule direction dont on peut être sûr que prendra cette manifestation sera celle qui va de la gare du Nord au Cinquantenaire. Plus précisément du boulevard Albert II jusqu'à ce parc, le Cinquantenaire donc, que Léopold II offrit à la Belgique pour ses cinquante ans. Tout un symbole, je ne vous le fais pas dire.
Est-ce un bon ou un mauvais signal, je ne voudrais pas m'avancer, mais la toponymie est décidément bonne fille : elle vous travaille comme un subconscient. Les rues ont un surmoi et vous le font savoir. Au moins cela est-il rassurant. Au moins, cela nous dit-il quelque chose...
Et qu'on aille pas croire que je cherche des poux aux jeunes gens qui, eux au moins, entend-on dire, font quelque chose. Non. C'est sur cette sorte d'immédiateté que je m'interroge. Car on dirait bien qu'aujourd'hui, la seule force d'une idée réside dans le fait qu'elle soit réalisable rapidement.
Prenons ça autrement. Les artistes et les gens de culture se mobilisent, ce n'est pas nouveau et on en avait parlé aussi. Au moins, leur ligne est-elle claire et leur propos limpide à défaut d'être facile. S'ils signent et se manifestent, c'est contre les nationalismes. Et donc vendredi, au KVS, le Théâtre Royal Flamand - l'équivalent côté francophone s'appelle le Théâtre national-, ils feront, de Pierre Mertens à Arno ou Tom Lanoye, cause commune. Et ils s'étaient faits un peu gourmandé à l'époque parce qu'ils étaient allés à ce combat en ordre dispersé, les Flamands d'abord, les francophones ensuite. Mais voilà qu'aujourd'hui, ils sont réunis. Ils ont pris le temps de se rencontrer et de se parler, voilà pourquoi ça a duré un peu. Le temps, décidément, n'est pas toujours un ennemi. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.