Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2011
   


 
 

:

En ce jour du mardi 11 janvier 2011, Vous seriez à ma place, je voudrais bien vous y voir, de quoi parleriez-vous aujourd’hui ? De choses sans importance comme de la Tunisie ou de Haïti, par exemple ?De l’Algérie, pourquoi pas ? De l’Australie, pourquoi non ? De la dioxine allemande, alors ?
De l’Arizona, de sa tuerie, des Tea Parties et de Sarah Palin ? Ou des jeunes gens abattus au Niger ? Et d’ailleurs, tant qu’on est en Afrique noire, comment vont Gbagbo et Ouattara, ça fait depuis le dernier réveillon qu’on n’en parle pas ? Vous causeriez de ça, vous ? Vous oseriez ?
Bouli Lanneers employait dans un journal du matin le mot d’indécence, c’est un mot fort qui renverse exactement la phrase "Il faut que quelqu’un prenne ses responsabilités". Quand on regarde l’ensemble de la planète, disait le réalisateur d’Eldorado, il me semble indécent dans un pays riche comme la Belgique d’avoir un débat aussi régionaliste, c’est honteux, déplacé, à l’échelle de la crise planétaire.
Oui, mais justement, Bouli : y-a-t-il encore sur cette terre une seule crise que nous puissions résoudre ? Même les crises humanitaires naturellement issues de catastrophes accessoirement politiques nous échappent : regarde Haïti. 21 siècles de civilisation judéo-chrétienne pour ça : pour ne pas verser l’argent qu’on promet, pour décider à la place des autres, pour n’être pas capables de remonter des ruines, seul le choléra là-bas reste debout. (...)