Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2010
   


 
 

:

En ce jour du lundi 13 décembre 2010, Ah, on en apprend des choses sur Wikipédia, à peu près autant que sur WikiLeaks, mais dans un autre genre. Et donc, on s’amusait tout à l’heure à tenter de croiser ce Spiegel allemand, hebdomadaire aux interviews assourdissantes, et ce Till Ulenspiegel, héros germano-flamand de l’espièglerie et de la facétie.
Cela nous plaisait bien, cette assonance entre le Spiegel de l’un et le Spiegel de l’autre. Jusque-là, nous pensions en effet que « Spiegel » signifiait miroir et cet effet miroir précisément, entre enfants terribles, nous ne demandions qu’à voir…
Et voilà que Wikipédia et d’autres érudits nous apprirent qu’en bas allemand, Spegel signifiait plutôt « derrière », on veut dire un derrière, et que l’expression ul’n spegel voulait dire, sauf votre respect :« Je vous emmerde ». On a eu beau, plus tard, tenter d’euphémiser et passer du derrière au miroir, il n’y a rien à faire : l’exégèse toujours nous ramène décidément à cela : à la face cachée des choses.
Et les bras nous en tombèrent à vrai dire quand nous lûmes dans cette interview que l’homme pour qui parler à son dos, c’est causer à son derrière, disait posséder, je cite, un classeur à merde, c’est-à-dire un dossier où il entasse les critiques négatives à son endroit. (...)