Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Et pendant ce temps, les révélations continuent. Elles deviennent de plus en plus intéressantes au fur et à mesure que le dépouillement avance: on a vu, par exemple, la liste des sites et des entreprises européennes que les Etats-Unis entendent protéger d'attaques terroristes. Chez nous, le port d'Anvers et des entreprises pharmaceutiques. En France, des centrales, de la pharmacie aussi. En Grande-Bretagne, des câbles de communication sous-marins, des usines d'armement. En Grèce, rien. En Irlande, rien. C'est indicatif. Tiens, au Portugal rien non plus. En Italie pas plus. A peine une petite chose à la frontière franco-espagnole.
Ces pays sans entreprises stratégiques, on dirait qu'ils n'intéressent personne. Ah, décidément, les agences de notation sont impitoyables... Et moi qui ne suis pas économiste, je passerais bien le message à Guy Quaden et Yves Leterme : pas de problème les gars, tant que nous avons Anvers et des vaccins.
Et puis aussi, il faut le dire, tant que nous avons toutes ces grandes entreprises qui, à ce qu'on a compris, aujourd'hui sont aussi dans leur genre des entreprises stratégiques, c'est-à-dire qu'elles usent de toutes les procédures, de toutes les ristournes et de tous les mécanismes possibles afin, comme le note la presse, d'échapper "en toute légalité à l'impôt des sociétés". On est surpris, par exemple, par les impôts payés par les groupes bancaires ou financiers, Dexia ou KBC, pour prendre ces exemples-là. Enfin, non payés: 0%. L'Etat, croit-on se souvenir, avait pourtant versé de l'argent sur leurs comptes en 2008.
Alors en ce 7 décembre, jour européen du retrait, vous permettrez que je passe aussi un message personnel à ces banques: si vous voulez bien payer vos impôts, je jure de me mettre au football. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.