Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2010
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 17 novembre 2010, Ce n’était pas un haïku, qui est un poème japonais en trois vers, mais un hallali qui est une sorte d’annonce tragique en deux phrases, ce que Herman van Rompuy a prononcé mardi soir.
Toute le monde a retenu cette sentence en forme de syllogisme, mais je m'en vais vous la répéter une fois encore : "Nous sommes confrontés à notre survie. Si la zone euro ne survit pas, l'Union européenne ne survivra pas non plus".
Pour rappel, le plus fameux des syllogismes, qui est donc un raisonnement logique comprenant deux propositions et une conclusion est le suivant : "Tous les hommes sont mortels, or les Grecs sont des hommes, donc les Grecs sont mortels".
Ça vient de chez Aristote et c'était, il faut bien l'avouer assez devancier, mais Joyce aurait pu dire de même pour les Irlandais, Pessoa pour les Portugais, Cervantes pour les Espagnols ou Dante pour les Italiens. Tous ceux-là sont des hommes mortels et l'euro avec, comme d'ailleurs aussi les civilisations. C'est fait, on l'a dit. Maintenant on sait, les agences de notation aussi.
Un Etat, faute de mourir -tous ne meurent pas, mais tous sont touchés- peut aussi désormais faire faillite, ça excite les marchés qui se sentent grugés. Ils regardent l'Europe aller en sens dispersé. Chacun sa bonbonne et courage. (...)