Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Le congé de plaisir ou de confort, appelé aussi "petit chômage", c'est par exemple, le jour que vous prenez pour l'enterrement de la personne pour laquelle vous aviez auparavant pris un petit congé thématique, c'est aussi celui que vous prenez pour un déménagement ou ce que l'on nomme un "événement familial". Ceux-là sont aussi en augmentation. "Il faut arrêter cette inflation, c'est intenable", dit l'UCM.
De sorte que vous comprendrez que je m'interroge : qu'ai-je fait là en m'absentant quelques jours, qu'ai-je pris en vérité - même si, dans mon cas, c'est mon employeur qui préfère me voir en photo plutôt qu'en pension- : de quoi mon congé était-il le nom ?
Je ne sais toujours pas, mais à entendre ce matin sur ces antennes ce que disait la vice-présidente des Assises de l'Interculturalité, c'était assurément un congé interculturel.
Et j'ai donc pris ce que l'on appellera désormais une sorte de congé flottant, dépendant de ma culture sinon de mes convictions, car si même l'on camoufle aujourd'hui la Toussaint derrière le congé d'automne, je sais bien moi, que ce n'est pas Halloween que l'on célèbre le 1er novembre : demandez donc à Monseigneur Léonard entarté lors de sa messe pour tous les saints. Voilà, c'est cela : j'ai donc pris un congé interculturel à thématique chrétienne. Un congé plein d'inconfort aussi, car ce matin, à mon retour au boulot, écoutant la radio, j'ai pris un petit coup de froid. Il m'a semblé que ces accommodements raisonnables, ça ressemblait tout de même beaucoup à la réduction de la culture à la religion. Mais peut-être que je n'ai pas tout compris. Il me faudrait peut-être quelques jours de vacances. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.