Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2010
   


 
 

:


En ce jour du jeudi 28 octobre 2010,
Voici donc revenu le temps des souffleurs de feuilles. Vous savez bien, cet instrument ronflant dont l'objectif essentiel nous semble bien à nous, novices en entretien d'artères et de parterres, de vouloir faire du vent.
Il y a ainsi des souffleurs zéphyr, des souffleurs aquilon, des souffleurs autan, des souffleurs borée, des souffleurs mistral, des souffleurs ponant, il existe toutes sortes de souffleurs parce qu'il y a toutes sortes de vents.
Les vents que soufflent les souffleurs sont bruyants, c'est leur moindre défaut. Ils contrecarrent dans la rue les klaxons des voitures et viennent dans les parcs troubler la rêverie du promeneur.
Certains estiment d'ailleurs que c'est là le véritable objectif des souffleurs : produire du bruit. Le bruit en effet attire l'attention du passant sur le labeur du souffleur. C'est suffisant. Le bruit démontre à suffisance le travail à l'œuvre et l'attention que vous porte l'administration. Le travail des uns et la sécurité des autres se confondent ainsi dans du bruit, illusionnant chacun sur la maîtrise des choses et des événements.
Un jardinier, Gilles Clément, grand monsieur du paysage, pense surtout que ces machines transforment "la nature en territoire expérimental de la stupidité". (...)