Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2010
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 20 octobre 2010,
Finalement, de quoi nous plaignons-nous ? Nous avons toujours de l'essence, les avions décollent et les trains, lorsqu'ils sont en grève, sont juste un peu plus en retard que d'habitude. Oui, finalement, de quoi nous plaignons-nous ?
La rue est calme, personne n'y descend. Yves Leterme, s'il avait été Louis XVI, aurait pu écrire : "Aujourd'hui, rien". Nous avons presque l'impression d'une île.
Autour de nous, pourtant, tout se distend. Cinq cent mille fonctionnaires en moins en Grande-Bretagne : c'est le même chiffre qu'à Cuba, de temps en temps, les lignes se brouillent. Des allocations en baisse, la TVA en hausse : on prévoit de mendier beaucoup dans les rues de Londres et de Liverpool, en cette année européenne contre la pauvreté. De 1 à 3 millions de Français dans les rues, un tiers de stations-service en moins, des produits frais qui commencent à manquer. On attend le congé de Toussaint pour reprendre en main la France qui veut aussi des vacances. L'Irlande est asséchée. L'Italie se délite. Les Pays-Bas se cherchent. L'Espagne a peur du cyclone, elle remanie à tours de bras.
Pour nous, rien de pareil. Les agences de notation, nous a-t-on dit, ne s'intéressent pas encore à la Belgique. Alors, se dit-on, pourvu que cette crise dure. (...)