Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Et, déjà, 9% des espèces ont irrémédiablement disparu .
Je reprends là quelques mots d'un billet rédigé par des journalistes de cette maison où votre carte magnétique, à l'entrée, vous fait encore croiser quelques Flamands. Et à quoi devons-nous cette bio singularité ? Aux pesticides, bien sûr, à l'agriculture intensive, bien entendu, mais aussi à la prolifération des lotissements, à la surconsommation et au mauvais aménagement du territoire.
Sans compter sur l'invasion d'espèces étrangères, la berce du Caucase, par exemple, ou la balsamine de l'Himalaya. Ça ne va pas. Pour subsister, la cigüe et la berce ne peuvent pas cohabiter. Et c'est à peu près ce que disait Angela Merkel qui a enterré ce week-end le rêve allemand de société multiculturelle : l'idée que l'on pouvait avoir, a-t-elle dit, que "Nous vivions côte à côte et que nous nous en réjouissions a échoué, totalement échoué".
Vous ne sentez pas que quelque chose bouge ? Que finalement nous sommes mieux tous seuls ? Que l'altérité désormais nous gêne comme jamais ? La diversité bientôt se résumera aux faits divers.
On se demande ce qu'en penserait Benoît Mandelbrot, le théoricien de la théorie du chaos, mort ce week-end. On se demande si sous ses calculs de fractales, il n'y aurait pas vu non plus une fracture. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.