Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Car nous voilà en effet à nous demander : comment un pays en voie d'évaporation peut-il peser quatre fois et demi de plus qu'il n'est recommandé ? Quelle est la raison de cet embonpoint ? Serait-ce par hasard des forces que nous prendrions, comme les sarcelles d'été ou les canards casqués, avant une longue migration ? Ou serait-ce le syndrome bien connu du c'est le dernier qui part qui éteint enfin les lumières ?
Et me voilà, moi aussi, à me questionner : ne vous disais-je pas avant-hier qu'un quart des Bruxellois vivaient sous le seuil de pauvreté ? Me voilà donc devant une nouvelle perplexité : comment avec si peu de moyens parviennent-ils tout de même à participer à cette inflation générale de la dépense énergétique et consumériste ?
Et comment, avec les 750.000 chômeurs annoncés pour cette année notre pays parvient-il tout de même à dépasser ses voisins qui vont bien mieux que lui, en termes économiques ?
Les vrais pays pauvres, eux, comme Haïti par exemple, consomment à peine la moitié d'une planète par an ! Il laisse l'autre moitié à l'Afghanistan, parmi les pays les mieux classés en empreinte globale, 0,4 planète seulement, et on se questionne à nouveau : a-t-on bien pris en compte dans ce comptage afghan l'intervention des forces belges ? Tout de même tous ces avions qui rôdent, ça ne vaut rien en Co ? Je serais de moi et du ministre de la Défense, je les compterais au titre des échanges de droits d'émission en carbone. Des bottes contre une empreinte, on pourrait peut-être s'en sortir. Allez, belle soirée et puis aussi bonne chance.