Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Mais moi, je vais vous lire. Un exemple. Le n°2 sur le marché français des sauces froides recherche un chef de secteur sur la région parisienne. Prévieux répond :
"Madame, Monsieur,
Je vous écris suite à votre proposition de poste de chef de secteur parue dans le journal Le marché du travail. Je dispose d'une solide formation commerciale, d'un tempérament enthousiaste et d'un goût immodéré pour la junk food. Depuis 5 ans, je me nourris exclusivement de sauce béarnaise, de sauce hot pepper, de sauce pommes frites, de sauce américaine, d'aïoli, de sauce pour nem, de sauce bourguignonne et de sauce madère. Dans une recherche d'efficacité maximum, j'ingurgite les pots le plus rapidement possible. Fort de cette expérience, j'ai largement dépassé le poids limite qu'on peut se permettre si l'on veut pouvoir se déplacer. C'est pourquoi j'estime avoir toutes les qualités requises pour devenir chef de secteur. Malheureusement, votre proposition de poste se situe en région parisienne et je ne m'éloigne jamais du supermarché Franprix de la rue des Amandiers. Par conséquent, je me vois, bien malgré moi dans l'obligation de refuser votre offre".
Réponse, un mois plus tard.
"Madame, Monsieur,
Nous avons bien reçu votre candidature à notre offre d'emploi de début septembre et vous en remercions. Malheureusement, nous sommes au regret de ne pouvoir vous répondre favorablement.
Néanmoins, si vous nous y autorisez, nous conservons votre dossier et nous ne manquerons pas de faire appel à vous si d'aventure un poste correspondant à votre profil venait à se libérer".
Dommage que ce n'était pas une firme de caramels mous qui engageait, ça aurait bien valu son pesant. Je ne sais pas quelle mesure on lui attribuerait, à Julien Prévieux, sur les fameux talentomètres des entreprises de ressources humaines, mais moi je dis : mieux vaut un artiste engagé qu'un patron dégagé. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.