Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2010
   


 
 

:


En ce jour du mardi 21 septembre 2010,
Comment appelle-t-on le jour qui suit la journée qui devait être crucial ? Hé bien c’est simple, ça s’appelle l’automne. C’est comme ça que nous font les 21 de certains mois, ils nous changent le temps. On peut compter sur eux : ils ont en tête tout un calendrier et ne manquent jamais un anniversaire.
Aussi bien, ces cent jours dont on parle depuis ce matin sont une saison entière : nous allons de dates butoirs (le 20 septembre, c'était hier, crucial) en aide-mémoire (le 13 juin, le vote, fédéral) : tout l'été nous l'avons chanté, hé bien dansons-le maintenant. Car à cent jours - on le sait bien dans notre pays de bonne humeur -, il est bon de montrer que tout va bien, qu'on a toujours bon pied et bon houblon et bon blé dans le pré.
Je vais vous dire : cent est un nombre ennuyeux. On lui connaît peu de déclinaisons : on rend bien quelque chose au centuple, on compte bien ses centimes, on fête bien un centenaire et on vivrait bien un siècle, mais pour ce qui serait de nommer ces cent jours, il n'y a rien. On dira juste : une centaine.
Dix est plus intéressant : il y a les dizaines bien sûr, et puis les décades qui sont dix jours et les décennies qui sont dix ans : dix est un nombre qui permet la sémantique et la complexité, mais que dire alors de mille... (...)