Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 

:



En ce jour du jeudi 2 juillet 2010,
Bon, on va la faire, cette dernière chronique. Allez, on y va. On la lance. Et lancer quelque chose par un temps pareil, ce n’est même pas humain.
C’est comme jeter, ce n’est pas bien non plus, de jeter. Alors, on pense à ceux-là, mis à la rue voilà trois jours par la commune de Saint-Josse, des Roms de Slovaquie, hommes, femmes, enfants, enfants à naître aussi, 80 environ. Il fallait récupérer le bâtiment qu’ils occupaient et le bourgmestre explique que ce geste peu glorieux est aussi un acte de révolte. Parce que l’on voit bien que ce lieu vers lequel l’agence Fedasil dirigeait des demandeurs d’asile et de logement servait d’emplâtre en même temps que de jambe de bois. Il y a eu, cette année, plein de centres de transit de ce genre, des squats, des endroits occupés et illégaux vers lesquels on dirigeait officiellement l’ingéré de l’administration fédérale.
La commodité assez souvent prend ses aises avec la légalité, Serge, et le tout s’appelle désinvolture ou comment disait-on déjà en des temps anciens? dysfonctionnement, estompement de la norme, ces mots reviennent : de temps en temps, ils nous font l’été. (...)