Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Alors bonnes vacances encore, Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière vous qui, avec vos accompagnateurs afghans, ne devenez otages que les jeudis… Bonne semaine entre-temps, et n'écoutez pas trop ce qu'on raconte de vous, à l'Elysée ou dans les armées, comme quoi, comme disait Claude Guéant, secrétaire général de la présidence : « Il ne faut pas chercher le scoop à tout prix ». N'écoutez pas cela, parce que dans cette phrase, il n'y a qu'un mot qui soit juste et proprement à sa place, c'est le mot « prix ». Avec vous, depuis le début, il n'est question que d'argent. C'est l'Elysée encore qui signalait que votre séquestration » avait un coût tout à fait considérable » et c'est un général des Armées en partance qui ajouta « que plus de dix millions d'euros avaient déjà été dépensés » pour vous rechercher, là-bas, dans votre pays de cailloux.
Votre histoire, il faut le dire, tombe mal. Juste au moment où votre président a dû rappeler à l'ordre ses ministres et insister pour qu'ils paient leurs cigares et n'encaissent plus de chèques de la troisième fortune de France, Liliane Bettencourt, qui a aussi un nom d'otage et qui l'est peut-être aussi d'ailleurs, on ne peut pas dire, on cherche à savoir.
Hier, on annonçait qu'au terme de cette nouvelle procédure dans laquelle a été engloutie le CSA, la chaîne qui vous emploie avait un nouveau patron. Le choix du président, nous dit-on, se serait porté finalement sur Rémy Pflimlin, un ancien de votre maison, un directeur général qui a aussi tenté de redresser les anciennes messageries de la presse, un proche du groupe Lagardère. C'est dire si, question gestion, il connait ce que compter veut dire et n'est pas sans savoir qu'il y a 7 jours dans une semaine.
Tout ça pour vous dire, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, qu'on espère vous voir beaucoup pendant cet été et qu'on se réjouit déjà de vous retrouver à la rentrée. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.