Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Tiens, hier aussi, nous entendions que les compagnies pétrolières actives aux Etats-Unis s'étaient alliées contre le moratoire proposant une pause dans les forages en haute mer décidé par la Maison blanche, renversant ainsi le principe de précaution en permis de pollution et personne ne s'est offusqué. C'est pourtant une insulte au bon sens. Mais cette insulte-là ressortit au champ de ce qu'on appellera l'insulte polie. Il n'y a pas de gros mots qui fâchent dans cette position. Simplement un cynisme complet, maquillé sous des cotations, des notes et, là aussi, de l'emploi. Le directeur général de BP, ce très cher Tony Hayward, qui a profité d'une journée blanche pour s'en aller régater en voilier du côté de l'île de Wight, a fait plus jaser. Mais là non plus, il n'y avait pas de noms d'oiseaux : simplement une morgue, une attitude, un déni. Cela fait partie, de ce qui paraît être désormais des injures acceptables.
Pourquoi je vous parle de BP et des pétroliers tandis que j'avais commencé de vous entretenir des asbl ? Hé bien, je me trompe peut-être, Pascal, mais je pense que le rôle des associations, parce qu'elles représentent cette volonté têtue de « vivre tout de même et malgré tout ensemble », est précisément de diminuer le niveau des injures acceptables et des insultes polies. C'est pourquoi l'on frémit un peu quand on apprend que le lucratif va manquer à ces buts là. On voterait bien un moratoire. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.