Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 

:


En ce jour du jeudi 24 juin 2010,
Je compte dans mon entourage, Pascal, quelqu'un qui n'est jamais parvenu à traduire correctement l'acronyme asbl. Au lieu d'association sans but lucratif, il préférait dire : « association de buts sans lucratif ».
Je vous raconte cela parce que je lisais hier que les temps étaient durs pour les associations ou ces organisations qui se déclinent précisément sous ce terme générique d'asbl. Moins de rentrées, privées ou publiques. Des réductions d'activités, des licenciements. C'est dans « La Libre Belgique » qu'on a vu cela, un rapport de la Fondation Roi Baudouin. Un quart des asbl seraient touchées, Pascal, et je me demande si, au final, ce n'est pas mon copain qui avait raison. Des objectifs, certainement, mais des moyens, que pouic.
Il existe environ 70.000 asbl en Belgique dont environ 15.000 emploient du personnel pour un total, si on mêle celles qui sont salariées sur fonds propres et celles dont le paiement est subventionné, de 428.000 personnes. Ce n'est pas rien. Et on sait bien qu'elles sont actives dans tous les secteurs de la vie sociale, de l'humanitaire à l'environnement, les plus connues souvent, mais aussi la culture, le sport, la jeunesse, les quartiers, enfin à peu près tout ce qui fait le débat français actuel, si vous suivez mon regard. (...)