Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 

:


En ce jour du mardi 22 juin 2010,
Le 18 juin et son appel n'avaient pas passé que mon pote Bernard qui gardait un œil sur la Coupe du Monde a dit : « De Gaulle a beaucoup marqué la France, mais la France n'a pas marqué beaucoup de goals ».
Avec ça, Pascal, nous possédions déjà l'épigramme du week-end qui allait venir, de ce temps du dévoilement que nous venons de vivre : le pathétisme accompli du bling-bling cahotant, le drapeau bleu flottant sur la marmite, les millionnaires en grève et en basket, et la France, la France, la France, la France brisée, la France martyrisée, mais la France pas qualifiée, la dernière qui est sortie sur le net est très simple et fort bête : « Il y a les vuvuzelas, d'accord, mais vous vous êtes plus là », ah vraiment, Pascal, que la défaite est belle !
Ça ne nous intéresserait pas vraiment si, parce que tout ou presque s'est passé via le petit écran, nous n'avions vécu là comme un épisode de télé réalité improvisé, comme si la télévision était devenue un genre unique, comme si elle dupliquait à l'infini le synopsis liminaire d'une façon de se comporter télévisuellement correcte, c'est-à-dire où l'on échange en langage sms des banalités incultes et de banales insultes et où, à la fin, c'est toujours TF1 qui gagne. (...)