Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 16 juin 2010, Chères auditrices postmodernes et postbelges, chers auditeurs contemporains en voie d'évaporation, je vous pose cette question, -et à vous aussi d'ailleurs, Pascal, et ce n'est pas le jeu Fintro-, cette question donc : qui a prédit, dès le 18 mai dernier que « L'impact de ce désastre sera probablement modeste » ?
Je compte jusqu'à trois. Un, deux, trois… Je vous donne un indice. C'est un Pdg. Et ce n'est pas Albert Frère, ni Eric Domb et pas non plus Rudy Thomaes. Allez, je vous le dis parce que je vois que vous séchez : c'est Tony Haiward, le Pdg de BP, British Petroleum, et il ne parlait pas du tsunami politique qu'évoquait dimanche soir Mark Eyskens, mais de cette marée de pétrole incontrôlable et incontrôlée qui empâte et empuantit tout des côtes de la Louisiane jusqu'au bureau ovale de la Maison encore blanche : son impact, on le voit tous les jours est effectivement modeste. Un onze septembre écologique a dit Barack Obama. Ah, comme on aimerait l'avoir, la foi du pétrolier.
Et comme on aimerait aussi le connaître exactement, l'âge du capitaine. Car voilà que l'on apprend, s'agissant toujours d'un Pdg, que le nouveau directeur général de Carrefour, le suédois Lars Olofsson, ça intéressera peut-être le personnel de Haine Saint-Pierre et d'ailleurs, vient de commencer sa carrière dans la grande distribution avec dix ans d'ancienneté. (...)