Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Le moule est une petite mesure, un modulus, dérivé de modus : une façon de faire, donc, comme on dit « modus vivendi ». On y fait son lit comme l'on s'y couche. Bien entendu, dans le moule, nous voyons déjà le modèle.
C'est ce modèle qui bave, aujourd'hui, littéralement. Celui, me disait une amie hier, de la persécution : ce passé qui ne passe pas, qui abreuve le présent et qui irrigue l'avenir, seul modèle valable, qui obère les politiques et finit par autoriser notamment et entre choses ce qu'il faut bien appeler un acte de piraterie : un arraisonnement dans les eaux internationales. Internationales, les eaux le sont le droit aussi, mais on franchit les eaux et l'on s'affranchit du droit.
Dans « Le Monde », avant même que l'on évoque cette flottille, un article revenait sur ce blocus de Gaza -dont on oublie souvent qu'il est aussi partagé par l'Egypte : en février dernier, des vedettes de la marine égyptienne ont fait feu sur des barques de pêcheurs palestiniens, les ont arrêtés et les ont emmenés, dit-on vers une destination inconnue - et ce que racontait cet article, c'était le sort d'un commerçant palestinien voyant, après trois ans de quarantaine et d'immobilisation arriver enfin sa cargaison de chemises et les réceptionnant toutes moisies, pourries, foutues, invendables, et que disait ce commerçant : « Si on veut se débarrasser du Hamas, il faut se débarrasser du blocus ».
Aujourd'hui, Pascal, on a l'impression d'avoir sur ses épaules une chemise moisie, pourrie, foutue, importable. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.
Pour assister à la lecture "tirage au sort" de l'une des six cent chroniques diffusées dans Matin Première, en direct, en chair et en os, rendez-vous ce soir à 20h à l'Aquilone, sis boulevard Saucy n°25 à Liège.