Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 

:



En ce jour du lundi 25 mai 2010,
On s'est demandé devant l'écran blanc de l'ordinateur, si le week-end de la Pentecôte, ce moment biblique donc où chacun commença à parler « en langues » et à comprendre celles des autres, n'aurait pas été, Pascal, le dimanche béni où organiser les élections, vous imaginez.
Mais non, il nous faudra attendre encore trois longues semaines et on a le sentiment, pourtant, que la campagne est rase et morne. Oui, sans doute, on parle politique, mais comment dire, Pascal, on a l'impression que l'on ne l'entend pas. Entendre la politique est une gageure, de nos jours.
Alors que faire, n'est-ce pas, sinon aller s'asseoir dans un bistrot et orienter son conduit auditif vers la table d'à côté ? Les tables d'à côté sont le bonheur de l'oreille en coin. Elles nous amusent et nous enseignent. Ce n'est pas comme les conversations par gsm qui nous agacent, dit une étude récente, parce que l'on ne peut pas reconstituer exactement la discussion, que l'on entend qu'une source, que l'on est frustré de l'histoire en train de se dire. Avec une table d'à côté, on est comblés. On entend et puis aussi on peut voir. Les tables d'à côté sont le rêve de la sociologie sauvage. Alors, Pascal, soyons sauvages et écoutons un peu cela. (...)