Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 19 mai 2010,
Il existe une vulgate qui veut que l'Europe soit une idée française et l'euro une monnaie allemande.
C'est un peu ce que racontait il n'y a pas longtemps Daniel Cohn-Bendit, député européen sans doute, mais surtout culturellement et électoralement franco-allemand, et vétéran déjà de la politique : son parcours est aussi long que le pont de Kehl et tout aussi direct, d'ailleurs. « La France pense que l'Europe est une grande France et l'Allemagne pense que la zone euro est une grande Allemagne », disait-il récemment.
De ces deux assertions, l'une au moins est avérée. Pour l'Allemagne, l'euro n'est jamais que le nouveau nom d'emprunt du mark. On vient de le voir, dans les réticences, que dis-je, dans les résistances du gouvernement comme de la population à aider la Grèce. Et on vient de le revoir au sommet d'avant-hier, où le ministre allemand des Finances proposa que tout recours au mécanisme de secours aux pays endettés, décidé voilà seulement quelques jours lors d'un autre sommet, fasse l'objet d'un accord préalable du Parlement allemand.
On lit cela dans le journal, on l'entend aux infos, et notre moral tombe plus bas que l'euro dont le taux si plongeant d'aujourd'hui aidera d'ailleurs l'Allemagne, premier exportateur de l'Union. Et on se dit, tiens, l'Europe vient-elle d'être nationalisée ? (...)