Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

On vient de le voir, le Belge choisit des démarches plutôt que des marches. Il est plus contre l’homophobie que pour l’europhilie. Un Roumain peut-être ? Mais non, les Roumains manifestent à Bucarest, contre la diminution des pensions, 15%, la réduction des salaires de la fonction publique, 25%, et la baisse du chômage, on veut dire, des allocations de chômage, 15% aussi. Un Portugais, alors ? Mais les Portugais étaient occupés à Fatima, près de 500.000 tout de même : au Portugal, il y a toujours un peu de Fatima avant les cataclysmes. Un Allemand ? Mais qui défilerait, dans ce cas ? Ce ministre qui déclarait dimanche que tout cela, ces marchés inquiets et ces bourses plongeantes, n’étaient que péripéties qui étaient déjà derrière nous ou la Chancelière qui s’en va martelant que l’euro est toujours malade, presque déjà moribond ? Un Estonien, c’est tout ce sur qui on pourrait compter, un Estonien. L’Estonie remplit les conditions pour rentrer dans la zone Euro. On apprenait ça jeudi dernier. Elle devrait devenir le premier janvier prochain le 17ème utilisateur de la monnaie unique.
Tout ça me rappelle cet ami qui le 1er janvier 2002, muni de ses euros flambant neufs nés dans la nuit, s’en alla tester la monnaie dans une boulangerie française. S’enquérant auprès de la vendeuse s’il pouvait payer en euros et s’étant entendu dire que oui, il ajouta, perfide, « mais je vous préviens, ce sont des euros belges ». Et la vendeuse alors de se retourner et de crier : « Madame, on les prend, les euros belges ? ». Et vous, Nathalie, vous les prenez, les euros estoniens ? Allez, belle journée et puis aussi bonne chance