Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 

:

En ce jour du lundi 17 mai 2010, Ah, Nathalie, où se nichait la fierté des Belges ce week-end à Bruxelles ? Je vous le demande. Dans la Belgian Pride Parade, anciennement Gay Pride, 35.000 personnes qui défilent samedi ou chez Marie-Claire Houart, vous savez Madame Belgique unie, 1.850 personnes dimanche contre 35.000 précisément, il y a trois ans ?
Ah, Nathalie, déjà que les marchés ne croient plus à l’Europe, voilà que ce sont les marcheurs qui, aujourd’hui, ne croient plus non plus à la Belgique.
Et donc dimanche, tandis que les panneaux électoraux étaient toujours orphelins de leurs affiches, spectres blanchâtres d’une démocratie en attente, la manifestation ne marcha pas. Mais peut-être, en fait, ces participants absents avaient-ils lu sur le bord d’un trottoir ce panneau placé devant une agence de tourisme et qui disait ceci : « N’allez pas voter. Partez plutôt en voyage. Prix cassés pour le week-end du 13 juin ». J’ai vu ça, Nathalie, de mes yeux vu et de mes yeux lu, et je me suis dit : ah, pourvu que ce petit volcan islandais n’aille pas encore lâcher ses cendres au-dessus de Bruxelles-National, que ce voyagiste courre demander des dédommagements à l’Etat. Car il risque bien de n’y plus trouver personne, à force de n’en plus vouloir…
Et devant cela, ces absences et ces rejets mêlés, je me suis demandé : et si on faisait une manif pour l’Europe, y aurait-il seulement quelqu’un ? Un Belge ? (...)