Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Mais bon, de quoi parle-t-on sinon d'un terrain à l'abandon, sans voisins aucuns, près du Pont van Praet, pas loin des bâtiments de Bruxelles Propreté, là où vous allez déposer vos encombrants, on veut dire où l'on se débarrasse de ses déchets. C'est là que des caravanes s'arrêtent temporairement, dans l'illégalité. Faute de mieux.
Il y a quelque temps, si vous vous souvenez, j'avais nomadisé dans une autre zone désenclavée bruxelloise, Haren, où la même Ville de Bruxelles compte implanter un camp durable pour les Tsiganes. Elle s'en enorgueillissait à raison à l'époque : pensez, le premier du genre dans la Région, mais voilà, il ne sera pas prêt avant 2011. D'où la moutarde, plante qui se maintient aussi en hiver et qui nous fera bien l'année. Avantage du plan : il ne faut qu'un mois pour faire pousser de la moutarde et, si vous voulez mon avis, beaucoup moins pour la faucher…
Décidément, Pascal. A Huy, autre chronique nomade, on veut déloger des Gitans sédentarisés. A Bruxelles, on veut chasser ceux qui font étape…
C'est drôle parfois comment vont les flux d'information. En même temps que j'apprenais avec Sophie Brems cette histoire moutardière, une dépêche annonçait que les riverains du Sporting d'Anderlecht s'inquiétaient de l'agrandissement du stade, de 20 à 30.000 places, sans qu'on les ait pour le moins du monde consultés. Ils sont furax. Parce que les nuisances, autour du parc Astrid, c'est plutôt, avant et après les matchs : tapage nocturne, façades et trottoirs souillés, quartiers en état de siège et survol d'hélicoptère, Un conseil aux habitants de la rue de la Procession ou de la rue René Henry : plantez de la moutarde, les amis, ce qui est bon pour les gens qui voyagent doit l'être aussi pour les gens qu'on transfère. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.