Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 

:

En ce jour du vendredi 7 mai 2010, Ben, moi aussi je vais parler musique, Pascal. Parce qu'un soir, Olivier m'a montré une chanson écrite avec ses élèves. Il était question de corps mal foutus et de cerveaux partis en vrille, des choses pas rigolotes, mais c'était touchant et même assez gai.
« Ils parlent d'eux», m'a dit Olivier qui est professeur de musique dans l'enseignement spécialisé. Je vais venir te voir, ai-je dit, et c'est comme ça qu'hier, à l'orée de la forêt de Soignes, j'ai rejoint l'école Schaller.
Je fais le tour du propriétaire avec Joëlle Wautelet, la directrice. Le propriétaire est vaste : 9 hectares. On visite les serres, les cuisines, les ateliers de menuiserie où s'activent les élèves. On ouvre les portes de chaque classe. Ça nous prend bien deux heures. Ce qui étonne d'abord, c'est le bruit. On veut dire, son absence ou sa présence feutrée. Il y a beaucoup de sons ici, mais peu de bruit. On s'attendrait à une usine, 400 élèves tout de même, mais non, c'est une ruche. Les profs veillent à tout, affairés, occupés, préoccupés. L'atmosphère est étrange, c'est une école et pourtant on dirait un phalanstère. Partout on travaille, et tout le temps, cette sorte de courtoisie, de politesse constante, on va dire : de respect.
Joëlle Wauthelet dit : « Ici, c'est un monde à côté du monde, mais en fait c'est le monde entier ». Le monde entier : on rencontre Mikail qui, on ne sait comment, comprend et traduit ceux qui ne peuvent pas parler, (...)