Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

On dirait qu'on leur en veut aux Louisianais et pourtant ce n'est pas comme avec Haïti où l'on parle aussi une sorte de langue française : personne n'évoque ici une Louisiane maudite, comme on l'avait dit à l'époque pour ce pays sous-développé. Et, pour autant, on aurait aimé que les moyens mis en œuvre par l'administration américaine au large des côtes de la Nouvelle-Orléans soient aussi impressionnants que le débarquement des Etats-Unis à Port-au-Prince. Qui seront les prédicateurs et les évangélistes qui adopteront les dauphins ou les alligators des bayous et où sont les porte-avions, les hôpitaux de campagne et les gradés pour qui l'humanitaire aussi est une guerre ? On reste toujours ébaubis quand des pays vont faire ailleurs ce qu'ils se révèlent incapables de réaliser chez eux : on ne mesure jamais son propre risque et celui-ci, planter des plates-formes à 60 kilomètres à peine des côtes, semble être acceptable sinon accepté pour qui en Louisiane ou ailleurs veut remplir son réservoir avec une essence proche et pas chère. C'est une autre sorte d'évasion fiscale off-shore, celle du brut qui roule en nappe de la plate-forme au bayou.
Pour dire la dureté des temps, les Cajuns ont des tas d'expressions. Ainsi, le temps peut se calotter, se décalotter, se graisser, se barbouiller, se beurrer, le temps écoute, grimace, se renfrogne, se chagrine, et surtout, Pascal, le temps est chagagnac, c'est-à-dire de mauvaise humeur. On serait bien un peu chagagnac, aujourd'hui. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.