Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Elle a débarqué -juste avant que ne se tienne ce colloque, en pleine année européenne contre la pauvreté, donc - dans un camping que la ville a décidé de réaffecter -« Binche-Plage », il s'appelle - un camping occupé par des gens qui s'y sont domiciliés faute de pouvoir se loger ailleurs et a marqué de croix jaunes les caravanes destinées à être démolies. Des croix jaunes…
On va dire : ça a jeté un grand froid, chez les résidents. Ça en a même glacé certains qui n'ont pas pu, devant les caméras de la télévision locale, s'empêcher de prononcer les mots de Gestapo. C'est une erreur, bien sûr puisque ce n'est pas la Gestapo qui marqua les portes juives pour la nuit de Cristal, mais la SA et la SS. La Gestapo n'avait fait que donner son accord et Goebbels l'organiser… Mais enfin : « Des croix, ce ne sont pas des étoiles » a cru bon d'expliquer un substitut du procureur du Roi de Charleroi. Ç'aurait encore été un point d'interrogation ou d'exclamation, ça n'aurait pas changé grand-chose.
Marquer des portes, ça s'est souvent fait : les maisons où passait la peste, par exemple, au Moyen-âge, étaient barrées de ces croix-là. En rouge. On saluera donc ici le sens du syncrétisme de la police binchoise : des portes, des croix, du jaune, un vrai raccourci historique. Avec en écho ce que disait l'un des participants au colloque : « C'est à la pauvreté qu'il faut s'attaquer, pas aux pauvres ».
Mais c'est comme ça en ce lundi 29 mars, Pascal : un jour comme un autre de chasse aux pauvres et de pêche aux thons. Un jour comme un autre, où entre thons rouges et croix jaunes, il y a quelque chose de la couleur du temps. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.