Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

L’agriculture en Belgique représente désormais moins de 1% du PIB, ce n’est rien. Aussi, quand on entre dans la salle de projection — on y diffuse un reportage de notre grande maison, Pascal, deux fermiers wallons, Benoît et Christiane, suivant la filière lait au Mali, c’est tout à fait épatant et c’était dans « La clé des Champs »— et que l’on voit là une assemblée d’élèves de l’école technique agricole de Ciney dont quarante sortiront cette année, on n’est pas le seul à s’étonner et à se demander comment une région, la Wallonie, où il reste à peine 25.000 agriculteurs, soit deux fois la population de Rochefort, va bien pouvoir intégrer ces étudiants. Mais on me rassure, aucun ici ne manquera d’emploi, car on continue à travailler en famille —ils sont tous ici filles et fils d’agriculteurs — et que, surtout, ces jeunes fermiers apprennent aussi la ruralité, c’est-à-dire la diversité. A côté de l’élevage ou de la production de lait, on cultive désormais aussi bien le chicon que la fraise ou bien l’on ouvre un gîte. Bref, l’on change.
C’est cela que l’on apprend, c’est cela que l’on sent quand, dans les coulisses, on boit la soupe et l’on mange des salaisons locales avec Ingrid, Véronique, Carine, Christiane, Jean-Luc ou Bakary qui vient justement du Mali et qui compte bientôt ouvrir sa filière à lui, du lait de dromadaire… Vous êtes à Rochefort où la bière peut titrer jusqu’à 10° et on vous parle du Sahel où l’eau manque, ces paysans sont décidément dépaysants.
Cette année, le thème du festival est l’alimentation. Et justement, sur la route du retour, on apprend deux choses : que les producteurs de viande s’inquiètent de ces « jours sans viande » programmés dans les cantines et que les producteurs de lait sont plutôt contents de leur rencontre avec le nouveau commissaire européen. Et on se dit alors qu’à Rochefort comme ailleurs, c’est décidément l’heure des agriculteurs. On dirat que tout le monde veut regarder dans notre assiette. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.