Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2010
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 11 mars 2010, Je vous pose la question, Pascal : quel âge fallait-il avoir en 1968 pour être aujourd'hui considéré comme un post-soixante-huitard ? Je me demandais cela en lisant hier l'interview d'Armand De Decker dans la Libre Belgique.
Vous savez bien, celle très médiatisée et j'en suis ce matin complice, sur l'encadrement militaire des jeunes délinquants. A un moment, dans cet entretien, il dit : « Il y a aujourd'hui un laxisme général, il y a cette génération post-soixante-huitarde qui est aux manettes. Les « interdit d'interdire », ça ne va pas, c'est une vision totalement naïve de la société ».
J'ai cherché, à vrai dire quels pouvaient bien être ces post-soixante-huitards laxistes qui sont aujourd'hui aux manettes ? J'ai commencé par les trois leaders historiques du mouvement, Dany Cohn-Bendit, Alain Geismar et Jacques Sauvageot. Ils avaient respectivement 23, 29 et 25 ans, à l'époque. Puis je me suis tourné vers d'autres figures de la contestation, parmi celles encore connues aujourd'hui. Au hasard, Serge July et Bernard Kouchner, 26 et 29 ans. Ce qui fait qu'aujourd'hui, en 2010, Cohn-Bendit a 65 ans, Geismar 71, Sauvageot 67, July 68, tiens, et Kouchner 71 ans itou. On en conviendra, Pascal, à part ceux qui font de la politique, plus personne n'est aux manettes aujourd'hui. Ou alors à celles de la tondeuse, pour la pelouse.
Ce ne doit donc pas être eux, les post-soixante-huitards. (...)