Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Car on sait que lorsque l'on annonce cela, on a la bouche remplie du malheur des autres et on ne sait pas trop bien quoi faire, alors, avec la conjoncture.
La conjoncture… On a entendu cela que la crise avait engendré un changement des comportement des clients, qui voyagent moins loin, négligent les hypermarchés et les mammouths consuméristes (il faudrait aller le dire à Citta Verde, hein Pascal) au profit des enseignes de quartier et des produits moins chers. Mais on avait entendu aussi, auparavant, parler de la remise en cause de la gestion et de la direction du groupe français, un groupe aux atermoiements nombreux et aux certitudes agaçantes, qui a réussi à faire sombrer ce qui était le n°1 de la grande distribution en Belgique, -on n'a jamais trop compris par exemple qui était Carrefour et qui était GB, tiens ça existe encore ? -, enfin bref, ce n'est pas la conjoncture cela, c'est un groupe perdu dans ses conjectures et ses contradictions et qui, pour les résoudre, licencie et réduit les salaires.
Peut-être qu'il pourrait aller plus loin et s'inspirer de l'exemple de Orléans TV, une télé privée régionale française qui vient d'être reprise après faillite par un groupe de consultants en communication. Il y avait 25 journalistes à Orléans TV. Il n'y en aura plus. Ils seront remplacés par des bénévoles. « La tranche info, a dit le repreneur, sera réalisée de façon non journalistique ». Pourquoi ?, lui a t-on demandé . « Hé bien, a-t-il répondu, il y a un problème avec le prix de l'information ». Carrefour qui, dans ses annonces d'emplois, cherchait des gens qui « aimeraient rendre service aux clients » pourrait faire tout profit de cette belle idée là. Et c'est là qu'on ne peut pas s'empêcher à la dernière campagne publictiaire de Carrefour, vous savez bien, celle où il est marqué : « Les Gogo's sont là ». Allez belle journée et puis aussi bonne chance.