Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2010
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 24 février 2010, Avec les catastrophes, Pascal, nous en étions restés aux conjectures. Qui est responsable, et de quoi, si responsable il y a ?
Une commission parlementaire sur le rail, un appel interjeté pour le gaz, le Parquet qui ausculte les ruines d'une maison, c'est ça les conjectures. C'est quand on ne sait pas. On ne sait pas pourquoi ce qui nous arrive nous arrive, alors on cherche. On dit : on en est réduit aux conjectures.
Avec Carrefour, c'est pas la même chose. Avec Carrefour, c'est la conjoncture. C'est différent. La conjoncture, c'est quand on sait. Qu'est-ce qu'on sait, par exemple ? Eh bien, par exemple, on sait qu'il y a la crise. Et la crise, on sait bien, ce n'est pas une question. La crise, c'est un problème. C'est pourquoi on peut être aussi réduit aux conjonctures. Et même et surtout, on peut être réduit par les conjonctures.
On a donc entendu cela hier sur cette antenne et même la voix de Michel Gassée en direct du siège social de Carrefour à Evere en était émue, comme si la nouvelle était trop lourde à porter et transporter : les 1672 licenciements, les 20 magasins fermés, les salaires rabottés et rabaissés, les 2 à 3000 autres emplois menacés. (...)