Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2010
   


 
 

:



En ce jour du mercredi 3 février 2010,
Police et politique sont de vieilles cousines étymologiques, Pascal, elles s'occupent toutes deux des affaires de la cité, elles sont urbaines, elles travaillent sur la ville et dans l'Etat.
Mais si la politique bruisse, ces jours-ci, d'humanisme pour tous, la police, elle, voudrait bien la tolérance pour personne. La politique aussi, notez bien, comme quoi ces deux notions héritées des Lumières, l'humanisme et la tolérance, vivent diversement leur sort postmoderne.
Tolérance zéro. Qu'est-ce qu'on en a parlé hier, de la tolérance zéro. Ça se disait, ça se lisait, ça se répétait. Vous ne vous étiez pas couché avec, vous ne pouviez pas vous réveiller sans. On aurait dit l'irruption d'une nouvelle pandémie, née dans la nuit. Et les éditorialistes flamands au matin, jouant pour la sécurité le rôle de l'OMS pour la grippe, brandirent tout de suite le principe de précaution. Vous vacciniez ? Hé bien, fusionnez maintenant. Je parle là des zones de police bruxelloises. Et de l'idée d'en faire un corps unique et uniforme. On s'étonne toujours quand des solutions, pour se dévoiler, semblent n'attendre que les problèmes. Mais c'est souvent comme ça quand le fait divers fait diversion. (...)