Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Tenez, ces derniers jours, une polémique a éclaté entre Claude Lanzmann, le réalisateur de "Shoah", et l'écrivain Yannick Haenel, qui remporta le prix Interallié pour son roman "Jan Karski" du nom de ce résistant polonais qui visita clandestinement le ghetto de Varsovie avant de s'en aller alerter sur la solution finale les plus hautes autorités américaines. C'est une histoire vraie, dont Karski témoigna d'ailleurs dans "Shoah".
Mais pour autant, dit Lanzmann, on ne peut pas faire dire n'importe quoi à l'Histoire dans un roman et, par exemple, dresser le portrait imaginaire d'un président Roosevelt indifférent au sort des juifs et obséquieux pour le reste. Et quand bien même le juge à la Cour suprême américaine vers qui Roosevelt orienta Karski le congédia avec cette phrase : "Je ne dis pas que vous êtes un menteur, je dis que je ne vous crois pas", il faut y voir, dit toujours Lanzmann, la marque d'une réaction incrédule devant de l'incroyable. Le reste, dire que les Alliés savaient mais ne sont pas intervenus, étant de l'anachronisme, c'est-à-dire cette façon d'analyser hier avec des yeux d'aujourd'hui. A quoi le romancier répond : "La littérature, pour moi, consiste à répliquer aux accommodements politiques de l'Histoire ".
Vous voyez ce que je disais, Pascal. Je serais de mes collègues, je demanderais une rallonge pour réfléchir à tout ça : au vrai, au réel, au virtuel, au fictif. Et à ce qu'on veut leur faire dire. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.