Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2010
   


 
 

:

En ce jour du lundi 18 janvier 2010, Le vieil écrivain haïtien Frankétienne -en un mot, Frankétienne- venait de terminer de répéter l'une des ses pièces de théâtre quand le sol a bougé et que les maisons sont tombées autour de lui, à Port-au-Prince. Cette pièce s'appelle "Tremblements de terre".
Lorsqu'ils se sont retrouvés, sains et saufs, Franketienne a dit à Dany Laferrière, récent Prix Médicis, je vous en ai parlé l'autre jour, il a dit : "On ne peut plus jouer cette pièce". Dany lui a répondu : "Ne laisse pas tomber, c'est la culture qui nous sauvera. Fais ce que tu sais faire".
Il y a tout, dans cette scène : le tellurisme dont sont capables les hommes à certains moments précis de leur parcours et puis aussi leur aptitude à devenir, dans l'instant qui suit l'intuition, des visionnaires politiques.
Pour les raisons que je vous ai dites l'autre jour -la tenue du festival littéraire "Les Etonnants voyageurs"-, il y avait en Haïti, ces jours-ci, une forte concentration d'écrivains. Il n'arrive pas souvent que des écrivains se trouvent en situation de raconter une catastrophe. D'ordinaire, ça se fait après, si ça se fait jamais. Voltaire n'était pas Lisbonne quand a eu lieu le désastre de Lisbonne. Les catastrophes sont terre de cameramen et d'humanitaires. C'est peut-être la chance d'Haïti d'être tombé sous l'œil de ses écrivains. (...)