Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2010
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Bien sûr, ce salon-ci est climatiquement correct. On y trouve un espace entier dévolu aux technologies propres, c'est dire. Mais vous savez quoi, Pascal, j'ai la fâcheuse impression de m'être trompé de salon de l'auto. Parce que je crois que le vrai salon de l'auto, il est en Chine.
Imaginez ça, Pascal : 13 millions et demi de voitures vendues l'an dernier, c'est 44% de plus qu'en 2008, les pays émergents émergent d'un nuage d'hydrocarbures et l'Empire du Milieu ne fait pas de quartier. Tenez, je ne sais pas comment on dit "je roule" en chinois" mais je sais que Volvo qui veut dire "je roule" en latin battra bientôt pavillon chinois, car c'est ainsi désormais : l'Est fait son marché sur nos marchés et compte bien aussi s'y installer. Car les Chinois veulent aussi mieux exporter leurs propres voitures, ils visent 10% du marché mondial en 2020. On voit d'ici comment - c'est en 2020 aussi que le GIEC a fixé la date butoir pour les réduction de gaz à effet de serre - les voitures chinoises vont rencontrer les objectifs, même légers, de Copenhague…
Et justement, si on ne voyait pas ? Car c'est aussi pour 2020 que la Chine a établi son objectif de diminution de 40% de la consommation énergétique de son économie. Il va bien falloir concilier tout ça, l'auto et le CO. On parle déjà d'établir une taxe carbone, des usines polluantes ont été fermées et le pays multiplie les zones expérimentales à basse intensité carbone. Et si elle venait de là, de cette Chine qui aime tant la dissidence, la voiture qui nous déculpabiliserait de conduire ? Alors, peut-être bien, Pascal, qu'être venu m'asseoir sur le divan du salon de l'auto aurait un sens. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.