Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

C'est peut-être bien après tout une affaire hainuyère : pas loin, à Lessines, un site, "Snow Games", est également prévu, les moyens manquent, mais le projet est toujours vivant, là aussi, des pistes de ski. Alpines. Indoor. Dans une carrière. Les carrières, en Hainaut, renversent désormais les terrils. Et l'on veut y refroidir ce qui se réchauffe partout ailleurs.
A Antoing, ce qui s'appelle désormais le Centre européen Sport et Nature est un projet faramineux, pharaonique et tout ce qui commence par fa, Pascal. Un investissement d'environ 400 millions d'euros. Un nombre attendu de visiteurs entre 500.000 et 900.000 par an. Un hôtel, des bungalows, ici on dit des "cottages", soit 4000 lits. 8000m2 de commerces dévolus au sport. Et une création d'emplois estimée aujourd'hui à 400… C'est sûr que ce projet boira beaucoup d'eau et demandera à être largement compensé, en termes de CO2. Mais comme disait Anne Fourcade sur ces antennes : "Alors quoi, en Europe, sous prétexte de CO2, on ne fait plus de projets ? ".
Le ministre Henry est, on va dire, fort réservé sur cette question. Il l'a dit il ya quelques jours, tandis que la procédure de révision du plan de secteur est en cours et qu'il attend, pour peaufiner sa décision, les rapports d'expertise sur les avis des riverains, des communes et des administrations concernées.
Et pourtant, on se dit, et si ce projet était visionnaire ? Si c'était un zoo où un prince entendait enfermer des modes de vie anciens ? Un parc de démonstration de ce que furent les loisirs occidentaux du temps du pétrole ? Quelque chose comme le Jurassic Park de la société de consommation et du tourisme de masse ? C'est à ça que je pensais hier, à Antoing, entre la démesure de Dubai et les conséquences de Copenhague. A un vieux monde. Qui continue à courir devant nous. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.