Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2009
   


 
 

:


En ce jour du vendredi 4 décembre 2009,
J'ai passé une partie de ma journée d'hier à déballer une exposition, figurez-vous, Pascal.
J'étais à Marche, enfin, à Hotton, enfin à Bourdon, au Miroir Vagabond, une association dont le nom, énigmatique, va bien avec mon billet d'aujourd'hui, parce que voilà, chronique nomade et miroir vagabond sont presque synonymes, car qu'essayons-nous de faire le jeudi, quand nous nous promenons, sinon de dresser le portrait de ce qui se passe autour de nous, je vous le demande ? Et c'est exactement ce que fait le Miroir vagabond : fournir aux situations sociales une image d'elles-mêmes. Avant le Miroir se déplaçait en camion, c'est pour ça qu'il était vagabond. Aujourd'hui, il est accroché dans une maison en pente, sur les hauts de Bourdon, ça semble instable et c'est bien logique car on travaille ici sur les failles de la société.
Et pourquoi, je suis allé là ? Parce que je voulais, en ces temps de vaches maigres culturelles, voir comment ça allait la culture à la campagne, quand elle ne traite pas d'agriculture, mais du social. Drôle de chose, en effet, ce Miroir, qui alphabétise des étrangers et réfugiés, qui forme des jeunes et des adultes en insertion et qui s'occupe du relogement des habitants des campings résidentiels avec du papier et des crayons. (...)