Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2009
   


 
 

:

En ce jour du lundi 30 novembre 2009, Jean-Pascal Van Ypersele le rappelait pas plus tard que vendredi dernier sur cette antenne, Pascal, le mot climato-sceptique est bien mal forgé (...), lui qui laisserait supposer que le scepticisme ne serait pas l'essence même de la science et que les scientifiques, sous ce regard, ne seraient pas grand chose d'autre que les croyants béats d'un cataclysme annoncé et les thuriféraires d'une politique régressive à venir face à des gens qui, devant tous ces changements, afficheraient la noblesse du doute en pensant qu'aujourd'hui plus que jamais l'homme est l'avenir de l'homme.
Non, disait Jean-Pascal Van Ypersele, le scepticisme est le cœur battant de la science et, à cette aune, nous sommes tous des climato-sceptiques. De même, pensons-nous ici, que l'objet de l'Histoire tient tout entier dans sa révision. Et que revoir l'Histoire, la revisiter, la réviser, donc, est le travail même de l'historien : n'est-ce pas ainsi, révisionnistes, que l'on appelait ceux qui entendaient réexaminer le procès d'Alfred Dreyfus ? On fit ensuite à ce mot un sort infâme, il servit aux plus basses besognes et fut l'otage d'usages extrêmement militants, de sorte que les révisionnistes estampillés d'aujourd'hui, ceux de la Shoah, que nous devrions appeler une bonne fois pour toutes négationnistes, commettent en plus de tout un détournement de langage.. (...)