Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Car tout de même, ça ne vous a pas surpris, vous, ces sursauts quand même un peu nationalistes dans un pays fédéral, tandis que nous pensions que l'Europe était devenue européenne et que la traçabilité locale de son président n'était pas une garantie ?
Nous, à vrai dire, on aurait plutôt tenu pour Jean-Claude Juncker, voisin certes, mais pas comparable, un Luxembourgeois qui n'était pas un chat dans un sac, mais très vite l'on nous fit comprendre que sa candidature était un épouvantail et que, de toute manière, il avait été condamné d'avance par Nicolas Sarkozy qui s'étonnait encore que lors de la crise financière celui qui était alors président de l'Eurogroupe, lui avait répondu à la manière de Claude Cheysson à propos de l'état de siège en Pologne vingt et des années plus tôt : "Bien entendu, nous ne ferons rien". Aussi bien, notre perplexité fut elle complète quand nous vîmes Herman Van Rompuy élu pour les mêmes raisons inversement proportionnelles. Car s'agissant de la crise institutionnelle belge, bien entendu que nous ne ferons rien, -à preuve il faut le faire aujourd'hui-, et cette modération extrême devint tout à coup un gage de sagesse. Le tout, en effet, n'est pas de ne rien faire. Encore s'agit-il de le faire au bon moment. Ah, "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà" aurait dit Pascal, pas vous, hein, Pascal Claude, mais Blaise, notre bon Blaise. C'est lui qui disait aussi : "Travailler pour l'incertain, aller sur la mer, passer sur une planche". On dirait un haiku. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.